La sophrologie, qu’est-ce que c’est ?

C’est en 1960 que naît la sophrologie, inventée par Alfonso Caycedo. Né en 1932 et mort en 2017, ce neuropsychiatre espagnol met un mot sur ce qui désigne les techniques d’hypnose utilisées par les médecins et psychiatres de l’époque.
C’est officiellement en 67 que la sophrologie est reconnue comme une véritable méthode et que la formation sophrologie apparaît.
D’autres pratiques de méditation et de relaxation, comme le yoga notamment, viennent compléter les bases de la sophrologie. La sophrologie a essentiellement trois buts pour le patient : lui permettre d’améliorer la perception de son corps et sa concentration, lui permettre de renforcer l’image de lui-même et lui permettre de s’initier à la méditation. La sophrologie se mondialise entre 1970 et 80. Elle se fait connaître ailleurs que dans la sphère médicale occidentale et intéresse désormais d’autres médecins venus d’ailleurs.

Il faudra attendre 1977 pour que la sophrologie soit officiellement reconnue comme une discipline préventive. Une formation est mise en place et la sophrologie est reconnue et exercée comme un métier à part entière.
Elle se démocratise entre 1980 et 88 et prend une place de plus en plus importante dans la vie de tous les jours. On y voit les intérêts qu’elle peut porter dans le développement de la personne. Aujourd’hui, la sophrologie est utilisée essentiellement en vue d’apporter des solutions thérapeutiques. Elle aide notamment à la compréhension de soi et à la gestion des émotions et du stress. Elle est préconisée pour les personnes naturellement angoissées ou lors d’évènements qui requièrent une préparation mentale (compétition sportive, accouchement, par exemple)

Aujourd’hui, la sophrologie est surtout utilisée pour aider les personnes à se reconnecter à leurs propres valeurs et à gérer leurs émotions. Il s’agit d’aider l’autre à prendre confiance, à apprendre à se connaître et à le guider vers le bien-être. Le sophrologue a pour but de guider le patient vers la reconnexion à son propre corps et à son esprit.

Qui peut devenir sophrologue ?

La sophrologie est une discipline qui ne requiert pas de diplôme, puisqu’elle n’est pas reconnue par l’état. Elle est donc accessible par tous et aujourd’hui pratiquée non plus que par des médecins mais aussi des infirmières, des coachs, des enseignants,… ou toute personne ayant suivi une formation adéquate. Le métier de sophrologue s’exerce surtout par des personnes qui souhaitent venir en aide aux autres et leur apprendre à se sentir mieux, dans leur tête et dans leur corps. Il faut avant tout des qualités (notamment d’écoute et de compréhension) pour exercer le métier de sophrologue, même si une formation dans le domaine reste indispensable pour maîtriser tous les rouages de la discipline.

Où se pratique la sophrologie ? Pourquoi choisir le métier de sophrologue ?

La sophrologie peut se pratiquer quasiment partout ! En effet, le professionnel peut aussi bien exercer à domicile, chez son client qu’en salon de bien-être, à l’hôpital ou en entreprise par exemple. Il peut également être amené à proposer des séances en extérieur. Pourquoi choisir d’exercer le métier de sophrologue ? Il s’agit d’un métier en plein essor, qui rencontre un franc succès. Par ailleurs, il permet aux personnes qui souhaitent exercer un métier social, proche de l’humain de se lancer, sans pour autant faire de longues et fastidieuses études de médecine. Le métier de sophrologue est un métier d’aide et d’accompagnement de l’autre vers le bien-être et la sérénité et peut être apprécié pour son côté utile et bénéfique à l’être humain.

Comment devenir sophrologue ? : formation sophrologie

Le métier de sophrologue est une profession à part entière, bien qu’il ne soit pas reconnu par l’état. Il n’exige aujourd’hui aucune formation pour être exercé, mais il existe tout de même des écoles de sophrologie en ligne et physiques. Avant de se lancer dans l’exercice de cette profession, il est tout de même primordial d’avoir effectué un parcours professionnel adéquat pour apprendre le métier. Il existe quelques écoles de sophrologie, à Paris et ailleurs, pour se former au métier, mais vous pouvez tout aussi bien choisir de suivre une formation sophrologie en ligne. La formation pour devenir sophrologue permet d’acquérir des compétences et des connaissances qui vous seront essentielles, pour savoir les transmettre. Les études pour devenir sophrologue sont des études généralement assez courtes (entre un à deux ans) et délivrent non pas un diplôme reconnu par l’Etat, mais un titre RNCP de niveau III.

Le contenu de la formation peut varier d’une école à l’autre, mais souvent les modules sont les suivants : le futur professionnel va apprendre l’histoire de la sophrologie et les méthodes qui lui sont associées ainsi que les principes fondamentaux et les lois déontologiques. Dans un second temps, le futur sophrologue apprendra les pratiques sophrologiques selon différents piliers :

  • L’anatomie et la physiologie de la respiration
  • Les émotions
  • La douleur
  • La neurophysiologie du stress
  • La prise de parole en public et l’animation de séances
  • L’accompagnement au changement
  • La construction du projet professionnel

La formation pour devenir sophrologue permet ensuite aux futurs professionnels d’exercer leur profession en libéral ou dans des entreprises, des clubs sportifs, des centres spécialisés, etc. Le diplôme délivré est la Certification Professionnelle de Sophrologue.

A qui s’adresse une formation sophrologie ?

La sophrologie est une aide pour se reconnecter à soi-même et apprendre à gérer ses émotions. Elle est destinée à tous ceux qui en ressentent l’envie ou le besoin. Les séances ne sont pas exclusivement réservées aux adultes, bien au contraire. Elles sont adaptées à chaque personne, à l’âge et aux problématiques rencontrées. Les séances de sophrologie peuvent se dérouler en groupe ou en individuel selon la structure. La sophrologie peut être pratiquée par les adultes, les enfants ou encore les adolescents. Elle est pratiquée par celles et ceux qui souhaitent mieux contrôler leurs émotions et disposer d’une aide dans leur développement personnel.
La sophrologie permet d’apporter à celles et ceux qui en ressentent le besoin une aide pour :

  • maîtriser la relaxation mentale
  • gérer les émotions
  • initier à la méditation
  • ressentir le relâchement musculaire
  • redynamiser le corps
  • Apprendre à bien respirer
  • Renforcer la pensée positive
  • Lutter contre une addiction
  • Traiter les troubles du sommeil

Combien est rémunéré un sophrologue ?

Le métier de sophrologue n’est pas réglementé en France, ce qui induit un salaire très approximatif. En effet, le salaire moyen peut varier puisque c’est le sophrologue lui-même qui fixera ses tarifs. Son revenu moyen dépendra de plusieurs facteurs et sera grandement influencé par sa notoriété et sa clientèle.

Un sophrologue en cabinet n’aura pas les mêmes frais qu’un sophrologue qui exerce à distance ou dans une entreprise, par exemple. Après quelques années d’expérience, le sophrologue peut faire le choix d’ouvrir un cabinet ou de devenir formateur, selon ses envies et prédispositions. Selon la voie qu’il choisit, le revenu moyen mensuel ne sera pas le même d’un individu à l’autre. Cependant, des études estiment qu’en moyenne en France, un sophrologue débutant peut gagner jusqu’à 2000 euros bruts par mois et jusqu’à 3000 euros brut par mois pour un sophrologue confirmé.

Quelles sont les principales qualité d’un sophrologue ?

Bien que tout le monde puisse s’essayer au métier de sophrologue, il est tout de même préconisé de disposer de certaines qualités qui semblent indispensables pour exercer. Parmi celles-ci, on retrouve notamment les suivantes :

– Une certaine empathie
– La patience
– Un sens de l’écoute profondément ancré
– Une grande tolérance
– Le sens du respect
– Une capacité d’adaptation à différentes situations
– Le sens créatif pour animer les séances
– Une grande flexibilité
– L’exigence et la discrétion

Un sophrologue sera également capable de :

– Mettre ses clients à l’aise et en confiance
Accompagner ses clients dans leur quête et leur démarche vers le bien-être.

Il est aussi à l’aise avec la spiritualité que peut offrir la sophrologie et dispose d’une solide culture générale. Par ailleurs, un sophrologue doit être rigoureux et savoir faire preuve de sensibilité.

Pour finir, le métier de sophrologue ne s’invente pas, bien qu’il ne s’agisse pas aujourd’hui d’une discipline reconnue par l’Etat. Il faut, pour exercer ce métier, un certain nombre de qualités et de compétences qui s’acquièrent grâce à des formations pointilleuses et rigoureuses. Il faut également se connaître soi-même et avoir le goût de transmettre aux autres. Un bon sophrologue a des capacités d’écoute et de patience évidentes, à la manière d’un professeur.
Le sophrologue peut d’ailleurs être amené à partager son savoir-faire lors de conférences ou de stages découverte s’il le souhaite, afin d’être plus proche encore de ses clients et de transmettre sa passion pour son métier.

En savoir plus :